Classification et Réglementation du Pogona Henrylawsoni

Dernière mise à jour le 30.07.2015

CLASSIFICATION DU POGONA HENRYLAWSONI :

Classification:
Il fait parti de la famille des Agamidés (Agamidae), et au genre Pogona.
Le genre Pogona comprend diverses espèces:

  • Le Pogona Barbata
  • Le Pogona Henrylawsoni, Wells & Wellington, 1985
  • Le Pogona Nullarbor
  • Le Pogona Microlepidota
  • Le Pogona Minor
    Les Pogona Minima et Mitchelli sont considérès par certains herpétologues australiens comme sous-espèces du minor
    On peut donc les trouver sous les noms de Pogona Minor Minima et Pogona Minor Mitchelli et donc le Pogona Minor Minor également.
  • Le Pogona Vitticeps

Le Pogona vitticeps et henrylawsoni sont les plus courants sur le marché, le Mitchelli reste rare et plus délicat à maintenir. Quant aux autres certains ont été présents en Allemagne par des herpétologues éleveurs autour des années 80-90 mais semble n'être plus présent sur le marché. Depuis 2014, en allemagne, un retour surprenant en masse du barbata mais aussi du minor...
Des hybrides vitticeps X henrylawsoni sont présents aux usa et en Grande-Btretagne. On les appelle les Pogona vittikin dû au nom vitticeps et rankin's dragon (synonyme des henrylawsoni).En Europe ils sont peu présents sans doute dû à la volonté de ne garder que les espèces propres et ne pas mélanger pour ne pas perdre les espèces différenciées.
Attention tout de même car ils sont présents en petite quantité en Allemagne mais aussi en France. (voir énumération de mon article reptilmag dans le menu presse)

Son origine taxonomique:
*En 1985, Wells et Wellington donna le nom du petit Pogona trouvé en Queensland: le Pogona henrylawsoni
Ce dernier connu pas mal de turbulence vis à vis du taxon à donner: Pogona henrylawsoni, Pogona rankini, Pogona brevis...

Historique par Richard Wells:
*En 1978, il recherchait des infos sur la taxonomie des espèces australiennes, certains individus prélevés dans le Queensland lui ont été données par l'herpétologiste Grant Husband afin de l'aider dans leur identification. A cette période les Dragons nains des terres noires étaient peu connus des herpétologistes et leur existence n'était pas vraiment établie. Du coup peu d'herpétologistes amateurs n'ont cherché autre chose que le Dragon barbu commun, le minor étant considéré à l'époque comme la forme naine ou encore avec le minima en 1976 et la découverte de l'Amphibolurus barbatus minimus et minor. Travaillant à l'Australian Museum et s'intéressant aux petites espèces, R.Wells voulu donné, à l'espèce, le nom du Dr Allen E.Greer, conservateur et chercheur scientifique de l'Australian Museum mais ce dernier déclina avec modestie.
*Vers la fin 78, R.Wells proposa alors de donner le nom Amphibolurus dumpyi car son nom commun était Dumpy Dragon (Le dragon trapu) dû à son apparence. Mais lorsqu'il avait presque fini ses conclusions, son ami et collègue Peter Rankin décèda. Pour lui rendre hommage, R.Wells décida de changer le nom en Amphibolurus rankini. L'espèce étant très différente de certains Amphibolures, l'édition en nouveau genre/espèces au niveau des Amphibolures fut conclue par R.Wells du fait des différences évidentes de l'espèce. Mais le nom d'Amphibolurus rankin fut filtré au sein de la communauté des herpétologistes alors qu'il n'a jamais été officiellement validé. Suite à cela, R.Wells insiste en le décrivant de "nomen nudum": nom scientifique non publié (avant description valide de l'espèce) et de ce fait le nom Rankin dans l'espèce ne doit pas de nos jours être utilisé (c'est pourtant le cas aux USA et en GB). Reportant alors à cette époque ses conclusions sur l'espèce, celles-ci furent une nouvelle fois repoussées suite aux mêmes conclusions, de Glen Storr du Western Australian Museum, d'éditer un nouveau genre, ce que ce dernier proposa sous le nom de Pogona en 1982.
*En 1983, R.Wells avait préparé la description finale de ce types de Dragon nain, mais remarqua pour un spécimen qu'une autre espèce serait en cause parmi ses Dragons nains en sa possession. Hors l'accès aux collections qui ont permis la publication la synthèse de la classe des reptiles en Australie ("Synopsis of the Class Reptilia in Australia") lui fut refusé en mars 1984.
*En Septembre 1985 il a inclue, dans un papier de classification, une brève description de l'espèce en tant que Pogona henrylawsoni afin d'avoir enfin l'espèce décrite.
*Finalement, dans les années qui suivent, un débat fut rage contre les descriptions de R.Wells. Certains pensaient que ses travaux et publications seraient supprimés par la commission internationale de la nomenclature zoologique. De ce fait certains ont donnés un nouveau nom à l'espèce en espérant que la description précédente serait supprimée (ce que nomme R.Wells comme pirates intellectuels). Mais il n'en fut rien et ces noms ne sont tout simplement que des synonymes comme par exemple le Pogona brevis par Witten en 1994
Pour le nom commun, R.Wells donne en noms acceptables: Lawson's Dragon (Dragon de Lawson), Plains Bearded Dragon (le Dragon barbu des plaines), Dwarf Bearded Dragon (le Dragon barbu nain), ou encore Dumpy Dragon (le Dragon trapu) mais pas Rankin's Dragon (Dragon de Rankin) même s'il aurait aimé que ça soit le cas. Quant au spécimen lié à l'henrylawsoni mais qui n'a pas été formellement décrit, il doute que les herpétologistes australiens en connaissent l'existence. (hybride Pogona henrylawsoni X Pogona vitticeps? pas de réponse à ce jour)
Source: Australian Reptile Online Database

Ses divers noms utilisés:
Agame barbu nain
Dragon de lawson
Dragon/Agame de la terre noire (black-soil dragon)
Pogona nain (car il est le plus petit du genre pogona sur le marché)
Pogona henrylawsoni (le plus utilisé chez nous, nom taxonomique donné par Wells & Wellington, en 1985, en hômmage à un écrivain Henry Lawson)
Pogona rankini ou rankin's dragon pour les américains
Zwergbartagame, Lawsons Bartagame (ou plus rarement Pogona Brevis) pour les allemands

REGLEMENTATION DU POGONA HENRYLAWSONI :

Réglementations européenne et mondiale:
Il n'est pas protégé par la convention de Washington. (non inscrit en CITES ni en réglement CE n°338/97)
Néanmoins, l’Australie a interdit totalement l’exportation de sa faune sauvage, ce qui signifie que tous les animaux vendus en animalerie spécialisée, et par les particuliers sont nécessairement issus d’élevage et NC (Né en Captivité).

Réglementation française:
Sa détention ne nécessite pas de certificat de capacité selon l'arrêté d'Août 2004 (sauf à partir de 26 spécimens adultes détenus)
Son élevage est considéré comme élevage d'agrément trant qu'il n'est pas exercé à but lucratif et qu'on ne dépasse pas le quota de 25 animaux adultes.
Dès lors que vous rentrez dans ces 2 catégories, il vous faudra constituer un dossier au près des services adéquates (ddpp) de votre département avec une expérience minimale selon vos diplômes scolaires mais aussi via une formation de 20h théorique et 50h pratique dispensée par un établissement comprenant un capacitaire des espèces ou groupes d'espèces (même famille) solicitées.
Contactez votre ddpp pour plus de renseignements sur les pièces à joindre.