Maladies du Pogona Henrylawsoni

Dernière mise à jour le 19.09.2012

LES MALADIES DU POGONA HENRYLAWSONI

Les Pogonas, surtout les vitticeps, sont des lézards trés présents dans le monde de la terrariophilie et cela depuis de nombreuses années


Aujourd'hui, le secteur de la santé animale, connait beaucoup de chose sur les maladies du Pogona et certaines choses sont encore découvertes et en recherche chez nos voisins américains. Je vais donc citer bon nombre de maladies, de symptômes et de traitements.

ATTENTION: toutes ses données sont à titre d'informations, seul un vétérinaire spécialisé pourra définir plus précisément la pathologie d'un Pogona. Ces informations sur les symptômes, peuvent permettre au vétérinaire d'adapter ses soins, son traitement selon chaque individu. C'est pourquoi, pour les traitements, je ne mettrai aucun d'osage mais juste les produits utilisés.

    La Quarantaine:
    Elle est incontournable pour les spécimens sauvages, malades, ou récemment nouveaux dans votre cheptel. Elle permet d'isoler les individus afin de les acclimater et de les soigner.
    Sa durée est d'un mois minimum. Le décor du terrarium devra être simple et facile à nettoyer. L'eau et les excréments devront être changée et enlevés quotodiennement.
    Lorsque l'on soignera les animaux ou après leur manipulation, il convient de ne pas utiliser les mêmes accessoires pour d'autres spécimens (coupelle d'eau, pierre, branche, seringue...) et il faudra se nettoyer les mains.
    On controlera pendant la quarantaine les selles des animaux (coprologie à effectuer éventuellement), leur état général et leur appétit.

    Les Parasites Internes:
    Ils se caractérisent chez le Pogona par des troubles digestifs accompagnés par une faiblesse générale de l'animal. L'animal au fil du temps va maigrir, avoir des excréments liquides, anormalement odorants voir sanguinolants. Chez les juvéniles, ils arrivent que l'on perçoit les os du bassin alors que leur ventre est gonflé. Une infection par nématodes est aussi possible et se caractérise par un animal qui ouvre sa gueule du fait de ses troubles digestifs.
    Le traitement est souvent composé de Flagyl (sur ordonnance) ou de Panacur. Une analyse de selle chez un vétérinaire permettra de définir le parasite présent. Il s'agit souvent de Pseudomonas et de coccidies.

    Les Maladies Respiratoires:
    Les Pogonas peuvent être sujet à des infections respiratoires telles que la pneumonie, bronchite...La cause est toujours un coup de froid dû au courant d'air, à un changement de température trop basse, inhabituelle voir avec une humidité élevée lors de l'acquisition, d'un transport, d'un changement d'environnement ou d'une installation mal adaptée.
    L'animal se gonflera de temps à autre et ouvrira sa gueule pour expulser de l'air. Du mucus par les narines peut être présent.
    Le traitement prioritaire est de vérifier ses paramètres, d'èlever les températures. Il faudra veiller à mettre le bac d'eau sous la lampe chauffante ou juste à côté pour ne pas avoir de l'eau froide qui n'en sera que plus néfaste. Si la maladie a été prise à temps, l'animal au bout d'une à deux semaines n'aura plus de symptômes; Si les symptômes persistent malgrè tout, il faudra consulter un vétérinaire pour un traitement d'antibiotique tel que le Baytril.
    Ne pas confondre avec un trouble digestif poussant l'animal à ouvrir sa gueule et parfois à régurgiter ses proies.

    Les Maladies Métaboliques:
    Elles sont diverses et peuvent être très graves. Voici les plus courantes:

  • Les carences en vitamines D3 et minéraux:
    Le manque de vitamines D3 et de calcium accompagnés d'un manque d'uv. Cela provoque chez les jeunes des tremblements tels que des crises de tétanie pouvant aboutir à des fractures spontanées. La déformation des membres (rachitisme), un retard de croissance et le ramolissement du squelette visible par le ramolissement des mâchoires sont possibles. Il suffit avec un doigt d'appuyer au niveau du museau de l'animal pour se rendre compte du ramolissement. Chez les femelles adultes, le manque de calcium et de vitamines se ressent au niveau des pontes de plus en plus décalcifiées et une faiblesse évidente. Une femelle carencée peut également faire une rétention d'oeufs avec un pronostic vital engagé si non pris à temps.
    Le traitement est d'abord préventif, il consiste à bien alimenter ses proies, de donner les vitamines et minéraux nécessaires sans surdoser et d'utiliser une bonne source d'uvb. Quant au traitement curatif, il est le même avec un apport en calcium plus élevé (parfois par injection), et l'exposition à une source d'uv puissante encadrée (distance minimale ampoule-animal à respecter) et quotidienne.
  • Les fractures:
    Outre les fractures spontannées citées ci-dessus, les fractures peuvent être dû aux chuttes, à l'écroulement du décor, suite aux morsures des congénères ou d'une femelle trop jeune pour pondre (fracture du bassin).
    Le traitement consitera à poser une atelle, une opération chirurgucale, parfois l'amputation du membre touché, surtout suite aux morsures.
    Comme pour les carences, une exposition aux uv quotidienne, un apport en calcium et D3 + un controle radiographique seront nécessaires.
  • La paralysie du train arrière:
    La paralysie survient chez les juvéniles. La cause principale est l'ingestion d'une proie de taille inataptée c'est-à-dire trop grosse. Celà provoque des lésions des nerfs rachidiens.
    L'animal affaiblit, ne sera plus en mesure de se nourrir correctement provoquant d'autres maladies par la suite aboutissant à la mort de l'animal.
    Le seul traitement reste préventif en distribuant la bonne taille de proies. La taille est proportionnelle à la distance entre les yeux de l'animal. Il est possible de maintenir en vie plusieurs mois l'animal avec une attention particulière en le maintenant dans un petit terra, seul avec à un récipient d'eau très plat pour ne pas qu'il se noie.
  • La rétention d'oeufs:
    Ce phénomène touche uniquement les femelles. il y a différents types de rétentions.
    La rétention pré-ovulatiore est caractérisée par les folicules avec des masses importantes. Cette rétention est surtout présente chez les femelles immatûres, trop jeunes. Le traitement est l'intervention chirurgicale, cependant, il est difficile de déceler ce type de rétention mâme avec une observation scrupuleuse de la courbe de poids puisque les individus sont en croissance. La mort est souvent consaté par une gorge gonflée, ou un étouffement de l'animal.
    La rétention post-ovulatoire, obstructive est caractérisée par les oeufs qui restent dans le ventre de la femelle et qui commencent à se développer. Cette rétention est fréquement rencontrée chez les femelles sauvages à peine importées mais chez le Pogona par l'abscence d'un site de ponte, du stress dû à la présence de congénère ou encore à une femelle encore jeune.
    Si rien est fait avec le temps, celà peut aboutir à la mort de la femelle. Le traitement consite à une injection d'ocitocine et de clacium afin de déclencher la ponte, ces injestions peuvent être répétées et si le problème persiste il faudra alors une intervention chirurgical. Le traitement le plsu efficace reste le traitement préventif en évitant la reproduction des femelles trop jeunes, la présence d'un site de ponte et éviter tout stress à l'animal.

  • Les problèmes hépatiques:
    Ils sont caractérisés par une couleur jaunâtre des muqueuses (attention les muqueuses légèrement jaunâtre sont normales chez l'henrylawsoni), un état général qui se dégrade. La cause est souvent l'alimention trop riche en protéines (trop d'insectes...). Il est rare que cela atteigne les juvéniles mais plutôt les adultes (ou dès 7-8 mois). Il existe apparement certains individus naissant avec un problème hépatique de type diabète.
    Le traitement est de loin préventif, en variant son alimentation et en augmentant la part de végétaux au fil de la coissance. Les individus déjà atteint seront réhabitués à manger des végétaux au fur et à mesure mais celà n'empêchera pas une durée de vie écourtée par leur problème de foie. Si le foie gras est récent, un jeune permet de diminuer le phénomène.

    Les problèmes de reins et la goutte:
    Ils sont dû souvent à l'excès de vitamine D3, de déshydratation et d'un excès à nouveau de protéines dans l'alimentation. Un dépôt d'acide urique dans les reins et ailleurs est alors présent.
    Varier l'alimentation et augmenter la part de végétaux reste le meilleur traitement préventif.